-1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-
Page suivante - Retour à l'accueil

Islande

24 juin - 14 juillet 2011

3 juillet : Vik - Skaftafell

Finalement la nuit ne fût pas si mauvaise dans nos lits en hauteur, la tête à 10 cm du plafond. Le temps n'a malheureusement pas l'air de s'être bcp amélioré, il pleut peut être un peu moins... Mais nous ne pouvons pas repartir d'ici sans avoir observé les macareux. C'est sur une plage de sable /galets noirs, du nom de Gabar que nous nous rendons et bingo ! Ils sont bien là, nichés sur les falaise d'orgue basaltique avec leur petit bec coloré. On les canarde avec une insistance dignes des meilleurs paparrazzi de Voici sans savoir que nous les verrions de bcp plus près quelques semaines plus tard..

_

La route que nous devons suivre à présent jusqu'à Skaftafell est entourée de part et d'autre d'un désert de pierres noires. Ici très peu de choses poussent, à peine un peu de mousse de temps en temps... Entre le froid, le vent, les coulées de lave, la nature a bien du mal... Et nous aussi ! La pluie et le brouillard nous dépriment un peu. Sur le bord de la route d'étranges cains les uns à côté des autres attirent notre attention : un panneau indique que traditionnellement les voyageurs faisaient et font tjs un cairn ici pour s'attirer les bonnes ondes au cours de leur périple. Ni une, ni deux, nous volons 11 pierres pour construire notre cairn, 1 pierre pour chaque jour restant en souhaitant très fort que ça nous apporte le beau temps. Quand on voit l'infinitude de cairns, quelque part on se sent moins seules...On ne sait pas encore combien de temps ça met à agir... Wait and see....Pour l'instant on pique-nique dans la voiture, avec la cape de pluie en guise de nappe....

Les autres points remarquables sur cette route sont quelques panneaux expliquant le principe d'une sorte de tsunami de glace qui inonde et détruit la route où nous sommes quand un volcan sous le glacier entre en éruption. Un reste de pont métallique détruit est exposé en guise d'oeuvre d'art explicative. Nos prières au cairn ne sont pas encore vraiment exhaucées mais nous gardons espoir. Peu avant l'arrivée à Skaftafell, l'immense glacier commence à pointer son nez et à côté un peu de verdure prend la place du désert noir. Une halte au visitor center du national park nous permet de repérer les petites rando du coin. Bcp de pub pour les marches sur le glacier avec guide et crampons mais nous n'aurons pas le temps de le faire. Un film retrace également le dernier tsunami de glace de 1996, assez impressionant.

Nous dormirons ce soir dans une guesthouse "Bölti" où des petits chalets en bois jouissent d'une vue surplombant toute la vallée. La mamie qui nous accueille semble un peu perdue dans ses réservations mais nous trouve quand même une place dans un chalet avec 2 hollandais et 2 nationalités inconnues (dont un soupçonné d'être français car un sac à dos quechua trône sur le lit ).

On dirait que le dieu des cairns commence à s'occuper de nous, le soleil pointe le bout de son nez et la pluie a cessé. Un peu traumatisées par le froid ambiant, nous enfilon quand même nos pantalons damarts et gants chaussettes pour nous balader. Nous allons jusqu'à une belle cascade entourée d'orgues basaltiques "Svatifoss".

Puis nous continuons notre marche pour nous rendre au pied du glacier, très impressionant également. Nous avons du mal à comprendre comment la mousse et même quelques fleurs peuvent être à quelques mètres de ces immenses étendues de glace (qui décide où s'arrête la glace et où commence l'herbe ?).

Retour au logis, petit thé, douche (nos collocs ne sont pas là, on en profite) et repos avant le dîner du soir dans la cuisine minuscule (pâtes chinoises pour Emma, semoule pour ma part, tjs très original !) Et le bel allemand (qui louche..) n'est pas dans notre guesthouse, nous avons perdu sa trace, peut être demain ?

Au retour du dîner, nous essayons de cesser d'être des associales et de prendre un peu part à la conversation de nos colocs. Nous y arrivons timidement mais il s'agit surtout d'un monologue de celui que nous pensions français et qui est en fait chinois vivant en France depuis peu. Les autres colocs sont 2 hollandais et un canadien anglophone.

Page suivante - Retour l'accueil