-1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-
Retour à l'accueil

21 juillet 2010 :

Nous entamons la remontée vers Freemantle et comme on a le temps, on s'arrête svt faire des petits détours. On emprunte la route côtière à partir de Bunbury. Premier arrêt dans un national park longeant un lac . Pas mal de haras par ici. Clic clac quelques photos d'oiseaux puis on repart. Deuxième arrêt au bord de la mer. Que de km de plages désertes ! Ici les vagues sont belles et on reste un peu pour les observer. 3ième arrêt toujours au bord d'une belle plage immense mais pour pic-niquer cette fois On mange des "tartines" avec les restes de nourriture du van et c'est bien bon ! Un petit perroquet vert vient partager nos miettes. Sur le retour on traverse les quelques maisons qui bordent cette plage et hop, on aperçoit 2 kangourous en face de la barrière de l'une d'elle !

Mais les km défilent et je n'ai bientôt plus d'essence, je suis déjà sur la réserve. A la sortie de la station essence, les choses se gâtent, je suis Jean mais un feu rouge m'oblige à m'arrêter et ensuite plus moyen de le retrouver ! On est à la périphérie de Freemantle et le projet était d'aller au centre ville. Maïté et moi décidons donc d'essayer de les retrouver là bas. On se gare devant l'église St John et on attend mais point de Jean à l'horizon. Nous harpentons les rues commernçantes sans succès. Nous essayons de leur laisser des messages sur leur portable depuis une cabine mais les portables sont éteints ou sans batterie. La rue des restaurants est également dépourvue des amis belges ! La nuit tombe est la situation commence à être critique... En désespoir de cause nous envoyons un mail à Jean depuis un cybercafé et envisageons d'aller chercher un caravan park mais OUF en retournant au van, les voilà ! Quel soulagement ! Nous fêtons ça au resto.

22 juillet 2010 :

C'est le dernier jour ! Tout le monde file sous la douche et commence à ranger et préparer sa valise. C'est bien triste... Avant de finir la dernière ligne droite pour Perth on s'arrête à une boutique de Freemantle où j'ai oublié mon écharpe hier, elle est tjs là. Puis nous allons retrouver Nicolas au centre ville de Perth, lui ne rentre en Belgique que le 25, c'est donc le moment de lui dire au revoir autour de quelques sushis. Et de lui donner tous les restes de bouffe du van, il les donnera au backpack où il dort. Dernier petit tour dans le centre ville de Perth décidément bien agréable.

Il est ensuite temps d'aller rendre les vans et de prendre un taxi pour l'aéroport. On croyait que l'avion était à 17h , on arrive donc pour 15h mais en fait on s'est trompés et c'est à 22h30 que l'avion décolle ! Nous en profitons donc pour harpenter toutes les boutiques de l'aéroport en long en large et en travers. L'envie me prend d'essayer un short de surfeuse aux couleurs de l'australie, la vendeuse me montre gentiment une cabine d'essayge isolée dans un coin du magasin en me précisant qu'il fallait donner un bon "Poo" pour fermer la porte. Je m'exécute mais elle aurait mieux fait de préciser que c'était pour ouvrir la porte que se posait le réel problème ! La poignée est complètement dévissée et impossible de l'enclencher. Voilà je suis donc enfermée dans une pièce isolée d'1/2 m² et je me demande au bout de combien de temps quelqu'un remarquera mon absence. Après quelques coups d'épaule infructueux, je frappe à la porte toutes les 2 min en espérant que quelqu'un passera par là. La vendeuse finit par me libérer, heureusement l'avion ne décolle que dans 3h ! On a le temps aussi de vider les photos sur l'ordi, les photos des tchèques sont restées sur le disque dur de Nico. L'avion décolle enfin, pas trop moyen de dormir. Les avions d'Emirates sont équipés de 3 caméras, une à l'avant, une en dessous et une à l'arrière de l'appareil. Les vues des décollages sont vraiment sympas. 4h d'escale à Dubaï, les filles achètent une clée USB pour récupérer les photos puis revol pour Paris. Une française mariée à un australien et vivant à Darwin nous raconte un peu sa vie dans cette partie reculée de l'Australie. Ses anecdotes sur les crocodiles dévoreurs d'hommes donnent des frissons.... On découvre un poker hold'em sur la petite télé au dernier moment. Jean et moi en faisons une petite partie.

23 juillet 2010 :

A Roissy, Pierre, le frère de Jean et sa femme Joëlle viennent récupérer la famille Cuvelier. C'est là que nos chemins se séparent, moi je file à mon hotel formule 1 par la navette ! Il fait 19°C à Paris, pas si chaud. Je suis pas trop fatiguée pour l'instant. Dépôt des valises dans la chambre, douche, navette, RER B, Go Sport, Fnac, Hotel. Dodo très fatiguée cette fois-ci.

24 juillet 2010 :

Le réveil sonne tôt : 6h du mat. C'est qu'il faut aller à Orly et c'est pas la porte à côté et j'ai pas envie de rater mon avion (quoique...). Après un premier effet de surprise (je me croyais encore dans le van et me suis précipitée sur le réveil pour qu'il ne réveille pas mes amis de voyage) je retrouve une certaine efficacité : douche, bouclage des valises, petit dej, navette, RER B, Orly !

Comme à l'aller j'ai bcp de chance, 3 sièges pour moi toute seule alors que l'avion n'est pas si vide que ça. Je m'allonge donc confortablement pour finir mon livre "Nos voisins du dessous, chroniques australiennes" où l'auteur, Bill Bryson raconte son voyage dans ce pays que je viens de quitter. Au point où j'en suis il est justement sur la côte ouest et tous les lieux qu'il évoque me replongent avec délice dans ces bons moments passés. A conseiller, lui le raconte avec talent !

Retour l'accueil