GUATEMALA

18 septembre 2004 (marion)

Grand départ ! Toute la maisonnée est à la bourre !! Comme d'hab les sacs ne sont pas près... Quelques achats (K. Way...) restent à faire, alors levé à 7H00 et ça s'active...

"Deux pantalons! moi j'en ai pris 4... et les chaussures tu prends quoi ? tes tongues et c'est tout ?!? "

Voilà, finalement, les sacs sont bouclés, la maison fermée à la mode anticyclonique. On sort par la porte de derrière et c'est parti.

13h : on retrouve les parents de Ploquin' à l'aéroport. Emma et Guillaume ont enregistré leur baggages et partent déposer la voiture d'Emma au Lamentin. Anne Cé et Marion enregistrent leurs bagages à leur tour mais quelle complication déjà !!! Anne Cé a changé de passeport entre le moment où elle a acheté les billets et le départ, et, pour récupérer le billet électronique, c'est la merde. Deux ou trois aller-retours sont nécessaires pour régler le problème... Anne cé en est quitte pour 2 ou 3 infarctus... et une grosse frousse : comment ça va se passer aux Etats-Unis ! On était partis en avance, si si, un peu... mais finalement on sera juste à l'heure pour l'embarquement après avoir englouti comme de bons franchouillards nos derniers bouts de pain et fromage.

La grande transhumance débute : Fort-de-France, Pointe-à-pitre, on débarque puis Pointe-à-Pitre, Port-au-Prince (haiti) on débarque et enfin Port-au-Prince, Miami, on débarque. Chaleur torride, taxi, on arrive à l'hôtel. chambre typique des USA, 2 lits King Size, dernière touche de luxe avant l'aventure....

19 septembre 2004 (marion)

Très bonne nuit pour tout le monde d'un sommeil réparateur. Petit déjeuner mortellement copieux (adieu Cindy ! !) départ à 9h avec le shuttle, arrivée à l'aéroport avec le stress au ventre. Anne Cé aura-t-elle des soucis pour avoir son billet ? suspens... Et bien non, aucun problème, ça passe comme une lettre à la poste. Une dame charmante parlant mi-espagnol, mi-anglais et tout ça dans la même phrase enregistre les bagages. Petit tour dans les boutiques de l'aéroport... Fouille des passagers et des sacs en bonne et due forme. On ne rigole plus avec l'avion ici ! mais bon nous passerons sans trop de problème... Emma pour le fun oublie quand même son passeport dans les toilettes des dames. C'est pour le piment de l'affaire.

Nous voilà dans l'avion et comme pour les deux escales précédentes, gros dodo pour tout le monde. On regarde un peu où on va arriver quand même...

Arrivée à l'aéroport de Guatemala ciudad vers 12h30 heure locale. On traverse vite fait la ville en taxi vers la gare routièreet enchaînement merveilleux, on prend le bus de luxe messieurs et dames pour PUERTO BARRIOS. Mortel ce bus, super confort. Certains ont même pu suivre Shrek 2 en espagnol !!

Guigui ne résiste pas et s'endort, Marion dort déjà depuis longtemps, Anne cé et Emma mettent un peu plus de temps à succomber. 5h de trajet, la route est parfaite, seuls les derniers km sont en piste de terre.

Arrivée nocturne à Puerto Barrios. Comme le décrit le guide "ville inhospitalière et glauque", c'est bien ça... On prend tout notre courage pour aller A PIED, et DE NUIT jusqu'à notre hotel. ON n'a pas fait les difficiles sur ce coup là : hotel caribeña, confort rustique. Une petite chambre de 4 lits mais surtout notre propre salle de bain avec serviettes. La curiosité du lieu réside en ses hôtes animaliers :

- deux "singes" dont l'un paraît bien agressif et nous montre ses dents pointues avec un bruit strident

- une chouette

- deux écureuils

- des chats

- un hamster sur la table du dîner !

Malgré nos sommes répétés depuis le début du voyage, à 9h pétantes, après un resto frugal au resto attenant à l'hôtel, nous sommes au lit. Un ventilateur aère vaguement la pièce, mais comparé au bruit qu'il fait, il n'est pas d'une efficacité redoutable !

20 septembre 2004 (marion)

Une bonne nuit encore, réveil 6h, debout 7h pour prendre une "lancha" qui n'attendait que nous pour partir...

Finalement après avoir acheté les billets, on nous dit qu'il n'y a que 3 places et on est 4.... Un gentil monsieur va nous céder la sienne. Une demie-heure de bateau ou à peine plus pour atteindre Livingston... Ah !

C'est mieux ! beaucoup mieux ! Petit village coloré, aux habitants noirs, pas très dépaysant tout ça ! Café, jus d'orange et pain confiture dans le premier café croisé pour décider de notre futur lieu de villégiature... Finalement ça sera l'hôtel "viajero", petite chambre à 4 lits, même ventilo que dans l'hôtel précédent en moins bruyant (on espère) et une furieuse odeur de poisson frais qui envahit petit à petit la pièce... miam !! ( ou beurk ?)

Notre première expédition : "los 7 altares" . Nous voilà donc repartis frais gaillards le long de la plage. On a marché 2 bonnes heures le long d'une mer un peu verdâtre et pas très propre, on longe des hôtels et des maisons bourgeoises locales bien entretenues, toutes jolies. Quelques pêcheurs, des enfants qui jouent au ballon dans l'eau..

Un hôtel mortel avec des hamacs sous des carbets installés au bout de pontons, humm, une petite sieste là... Mais non ! nous ne nous arrêtons pas. Bamos a los siete altares !! (quoi mon espagnol ?)

Et enfin on arrive, le cul trempé... et quoi ? il faut payer 1 $ d'entrée ! merde ! c'est indiqué nulle part ! Mais bon, on se plie aux exigences et on approche petit à petit guidés par un gentil guatémaltèque vers le 7ième ciel !

La suite...

Retour